Au col des Balistres, entre Cerbère la française et Portbou la catalane, se trouve un vestige d’hier, la Porte de France.

Ce poste-frontière, le plus oriental de la frontière franco-espagnole, fût le principal lieu de passage des républicains espagnols et internationalistes fuyant le Franquisme.
Après trois années de combat, en février 1939, 100000 personnes prirent le chemin de l’exil via la Porte de France.

Frontière ouverte depuis la convention de Schengen, il apparaît pourtant difficile de dire que la Porte de France ne reprendra pas du service un  jour, dans un contexte où les contrôles aux frontières et les replis nationaux progressent dangereusement et qui voit la voisine Catalogne espagnole se déchirer sur la question de son indépendance.